Artwork

Sisällön tarjoaa France Médias Monde. France Médias Monde tai sen podcast-alustan kumppani lataa ja toimittaa kaiken podcast-sisällön, mukaan lukien jaksot, grafiikat ja podcast-kuvaukset. Jos uskot jonkun käyttävän tekijänoikeudella suojattua teostasi ilman lupaasi, voit seurata tässä https://fi.player.fm/legal kuvattua prosessia.
Player FM - Podcast-sovellus
Siirry offline-tilaan Player FM avulla!

À la Une: le choc mondial après le bombardement meurtrier de Rafah

4:05
 
Jaa
 

Manage episode 420674692 series 2901896
Sisällön tarjoaa France Médias Monde. France Médias Monde tai sen podcast-alustan kumppani lataa ja toimittaa kaiken podcast-sisällön, mukaan lukien jaksot, grafiikat ja podcast-kuvaukset. Jos uskot jonkun käyttävän tekijänoikeudella suojattua teostasi ilman lupaasi, voit seurata tässä https://fi.player.fm/legal kuvattua prosessia.

Des rescapés errant au milieu de décombres calcinés et encore fumants : des scènes apocalyptiques à la Une de la presse internationale ce mardi. Le bombardement israélien meurtrier de Rafah dimanche soir a provoqué une vague d’indignation mondiale.

Le Corriere Della Serra à Rome raconte : « Quand le jour s’est levé, les hautes flammes qui illuminaient la nuit sont devenues des feux parmi les cendres. Les enfants fouillent les restes, chasse au trésor de la pauvreté, où un morceau de pain carbonisé ou un bout de tissu à moitié brûlé peuvent toujours être utiles là où l’on manque de tout. Les vidéos prises par les téléphones portables montrent les corps calcinés. Au moins 45 Palestiniens ont été tués, parmi lesquels de nombreux femmes et enfants, comme le racontent des témoins, et plus de 200 blessés, brûlés arrivant dans les rares hôpitaux encore en activité. »

« Nous avons secouru des gens qui étaient dans un état insupportable, affirme un témoin cité par le Guardian à Londres. Nous avons sorti des enfants qui étaient en morceaux, des jeunes et des personnes âgées. L’incendie dans le camp était irréel. »

Le Washington Post a recueilli de nombreux témoignages, dont celui de Mohammed Al-Haila, 35 ans : « Il se dirigeait vers un vendeur local pour y acheter des marchandises lorsqu’il a vu un énorme éclair suivi de plusieurs détonations. “J'ai vu les flammes s’élever, les corps carbonisés, les gens courir de partout et les appels à l’aide s’intensifier, raconte-t-il. Nous étions impuissants“. Mohammed a perdu sept membres de sa famille dans le bombardement. Le plus âgé avait 70 ans. Quatre étaient des enfants. “Nous n’avons pu les identifier que ce matin. Leurs visages étaient carbonisés, leurs traits méconnaissables. »

Enquête en cours

Que s’est-il passé ? D’après le Jerusalem Post, « l’incendie qui s’est déclaré à Rafah à la suite de l’attaque aérienne de dimanche soir qui visait deux hauts responsables du Hamas, cet incendie est très probablement dû à des éclats d’obus qui auraient touché et enflammé un réservoir de carburant situé à proximité de l'attaque. » C’est du moins ce qu’affirme un responsable américain cité par ABC News, précise le quotidien israélien. « Pour l’heure, poursuit le journal, les États-Unis ne disposent d’aucune information permettant de confirmer ou d’infirmer cette affirmation et attendent les résultats de l’enquête menée par l’armée israélienne. »

En tout cas, c’est un « choc mondial », pour reprendre le titre du Guardian à Londres. Les condamnations des politiques sont en effet unanimes. Et dans les éditoriaux, c’est la consternation et l’indignation.

« Assez ! »

L’Orient-Le Jour à Beyrouth laisse éclater sa colère : « Nous n’avons pas oublié le 7 octobre (…). Nous sommes horrifiés par l’explosion de l’antisémitisme et nous ne voulons pas céder un millimètre à cette ignominie. Nous savons très bien que le Hamas et ses alliés sont prêts à voir des Palestiniens mourir par milliers et des quartiers entiers être dévastés au nom de la “Résistance“. Mais en quoi cela justifie-t-il la barbarie israélienne ?, s’exclame le quotidien libanais. Combien d’enfants tués, combien d’hôpitaux détruits, combien de personnes déplacées, combien de convois humanitaires ciblés ou empêchés, combien de discours aux relents génocidaires faudra-t-il pour “compenser“, aux yeux du gouvernement israélien, l’affront du 7 octobre ? Combien de bombardements comme celui d’avant-hier soir, faisant au moins 45 morts, dont des brûlés vifs, combien d’images “insoutenables“ faudra-t-il encore pour que la communauté internationale dise enfin d’une seule et même voix (…): assez ! »

La diplomatie européenne et arabe désarmée…

Le quotidien israélien d’opposition Haaretz s’interroge : « Ce drame, qui s’est produit deux jours après la décision de la Cour internationale de justice ordonnant à Israël de cesser immédiatement son offensive à Rafah, ce drame va-t-il intensifier la pression internationale en faveur d’un cessez-le-feu, même s’il n’est pas conditionné par un accord sur la libération des otages ? »

Réponse indirecte de Libération à Paris. « Pendant le massacre, la diplomatie continue. Mais forcément pas au même rythme », pointe le journal qui constate que « malgré de louables intentions, confirmées hier à Bruxelles lors d’une réunion de ministres, la mobilisation diplomatique européenne et arabe reste à court de moyens pour arrêter le massacre à Gaza. »

  continue reading

173 jaksoa

Artwork
iconJaa
 
Manage episode 420674692 series 2901896
Sisällön tarjoaa France Médias Monde. France Médias Monde tai sen podcast-alustan kumppani lataa ja toimittaa kaiken podcast-sisällön, mukaan lukien jaksot, grafiikat ja podcast-kuvaukset. Jos uskot jonkun käyttävän tekijänoikeudella suojattua teostasi ilman lupaasi, voit seurata tässä https://fi.player.fm/legal kuvattua prosessia.

Des rescapés errant au milieu de décombres calcinés et encore fumants : des scènes apocalyptiques à la Une de la presse internationale ce mardi. Le bombardement israélien meurtrier de Rafah dimanche soir a provoqué une vague d’indignation mondiale.

Le Corriere Della Serra à Rome raconte : « Quand le jour s’est levé, les hautes flammes qui illuminaient la nuit sont devenues des feux parmi les cendres. Les enfants fouillent les restes, chasse au trésor de la pauvreté, où un morceau de pain carbonisé ou un bout de tissu à moitié brûlé peuvent toujours être utiles là où l’on manque de tout. Les vidéos prises par les téléphones portables montrent les corps calcinés. Au moins 45 Palestiniens ont été tués, parmi lesquels de nombreux femmes et enfants, comme le racontent des témoins, et plus de 200 blessés, brûlés arrivant dans les rares hôpitaux encore en activité. »

« Nous avons secouru des gens qui étaient dans un état insupportable, affirme un témoin cité par le Guardian à Londres. Nous avons sorti des enfants qui étaient en morceaux, des jeunes et des personnes âgées. L’incendie dans le camp était irréel. »

Le Washington Post a recueilli de nombreux témoignages, dont celui de Mohammed Al-Haila, 35 ans : « Il se dirigeait vers un vendeur local pour y acheter des marchandises lorsqu’il a vu un énorme éclair suivi de plusieurs détonations. “J'ai vu les flammes s’élever, les corps carbonisés, les gens courir de partout et les appels à l’aide s’intensifier, raconte-t-il. Nous étions impuissants“. Mohammed a perdu sept membres de sa famille dans le bombardement. Le plus âgé avait 70 ans. Quatre étaient des enfants. “Nous n’avons pu les identifier que ce matin. Leurs visages étaient carbonisés, leurs traits méconnaissables. »

Enquête en cours

Que s’est-il passé ? D’après le Jerusalem Post, « l’incendie qui s’est déclaré à Rafah à la suite de l’attaque aérienne de dimanche soir qui visait deux hauts responsables du Hamas, cet incendie est très probablement dû à des éclats d’obus qui auraient touché et enflammé un réservoir de carburant situé à proximité de l'attaque. » C’est du moins ce qu’affirme un responsable américain cité par ABC News, précise le quotidien israélien. « Pour l’heure, poursuit le journal, les États-Unis ne disposent d’aucune information permettant de confirmer ou d’infirmer cette affirmation et attendent les résultats de l’enquête menée par l’armée israélienne. »

En tout cas, c’est un « choc mondial », pour reprendre le titre du Guardian à Londres. Les condamnations des politiques sont en effet unanimes. Et dans les éditoriaux, c’est la consternation et l’indignation.

« Assez ! »

L’Orient-Le Jour à Beyrouth laisse éclater sa colère : « Nous n’avons pas oublié le 7 octobre (…). Nous sommes horrifiés par l’explosion de l’antisémitisme et nous ne voulons pas céder un millimètre à cette ignominie. Nous savons très bien que le Hamas et ses alliés sont prêts à voir des Palestiniens mourir par milliers et des quartiers entiers être dévastés au nom de la “Résistance“. Mais en quoi cela justifie-t-il la barbarie israélienne ?, s’exclame le quotidien libanais. Combien d’enfants tués, combien d’hôpitaux détruits, combien de personnes déplacées, combien de convois humanitaires ciblés ou empêchés, combien de discours aux relents génocidaires faudra-t-il pour “compenser“, aux yeux du gouvernement israélien, l’affront du 7 octobre ? Combien de bombardements comme celui d’avant-hier soir, faisant au moins 45 morts, dont des brûlés vifs, combien d’images “insoutenables“ faudra-t-il encore pour que la communauté internationale dise enfin d’une seule et même voix (…): assez ! »

La diplomatie européenne et arabe désarmée…

Le quotidien israélien d’opposition Haaretz s’interroge : « Ce drame, qui s’est produit deux jours après la décision de la Cour internationale de justice ordonnant à Israël de cesser immédiatement son offensive à Rafah, ce drame va-t-il intensifier la pression internationale en faveur d’un cessez-le-feu, même s’il n’est pas conditionné par un accord sur la libération des otages ? »

Réponse indirecte de Libération à Paris. « Pendant le massacre, la diplomatie continue. Mais forcément pas au même rythme », pointe le journal qui constate que « malgré de louables intentions, confirmées hier à Bruxelles lors d’une réunion de ministres, la mobilisation diplomatique européenne et arabe reste à court de moyens pour arrêter le massacre à Gaza. »

  continue reading

173 jaksoa

Kaikki jaksot

×
 
Loading …

Tervetuloa Player FM:n!

Player FM skannaa verkkoa löytääkseen korkealaatuisia podcasteja, joista voit nauttia juuri nyt. Se on paras podcast-sovellus ja toimii Androidilla, iPhonela, ja verkossa. Rekisteröidy sykronoidaksesi tilaukset laitteiden välillä.

 

Pikakäyttöopas